Lettre ouverte à Vinvin

Rédigé par monsieurtruc 1 commentaire
Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

Cher Vinvin,

Tu ne liras – sans doute – jamais cette lettre (et si tu la lis : pardon pour le tutoiement). On ne se connait pas et pourtant… pourtant tu m’accompagnes depuis – déjà – 5 ans. Je t’ai découvert par hasard. Un soir d’hiver. Passant de chaîne en chaîne, avec mon frère, devant le téléviseur familial. France 5. Le Grand Webze. Dernière émission. Le choc. La révélation. Le « ce que devrait être le média télévisuel ». Une audace folle en compagnie du grand François Rollin.
Fin de l’émission : internet / recherche / Vinvin + Grand Webze. C’était la dernière. Fin. Le rideau tombe. Au revoir.

Quelques mois plus tard le retour (in)espéré : Le Vinvinteur !!! Une année où le dimanche à 20h est devenu le rituel immanquable. La célébration télévisuelle de la semaine. Fraicheur. Humour british monthy pythonnesque. Texte au cordeau. Des textes comme on n’en entendait pas – comme on n’en entend plus – à la télévision. Des textes et des découvertes : Henri Poulain / Klaire fait Grrr / Florence Porcel… Des univers connexes que je continue également de suivre. Une année de bons et loyaux services mais… Au revoir. Trop original pour France 5. Trop compliqué à vendre à la ménagère de moins de 50 ans ; alors même que la pub c’est fini à francetv à partir de 20h. L’émission dont le service public pouvait être fier est simplement annulée.

Twitter pour continuer à te suivre : les projets, le blog, le spectacle (que je n’ai pas pu aller voir), les conférences (trop loin, aux mauvaises dates…) et enfin ton livre.

20/20 Peut mieux faire – Tranches de vies. Malgré les 20 années qui nous séparent (environ… ne chipote pas pour quelques semaines) je m’y retrouve. Comme les confessions d’un grand frère que je n’ai pas eu. Les joies, les peurs, les doutes, le deuil, l’amour, les rêves… 20/20 Peut mieux faire – Tranches de vies comme un phare – pas pour me guider, non – pour m’éclairer sur des chemins de vies possibles, des choses à surmonter, des choix à assumer. Avec douceur, humour et sincérité.

Alors : Merci Vinvin pour ce témoignage, pour ton audace, pour te livrer à nous, à moi, de la plus belle des manières qui soit.

Merci Vinvin
Merci Cyrille

J’ai 17 ans

Rédigé par monsieurtruc 2 commentaires
Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

J’ai 17 ans… presque. C’est vrai qu’officiellement j’en ai 27 – pour quelques semaines encore – mais j’ai quand même 17 ans. Mon corps a 27 ans, j’en ai 17. Moi. Celui que je suis. Pas celui que j’habite. Quand je tombe amoureux j’ai 17 ans. Quand je ris. Quand je pleure. Quand je dors (beaucoup) j’ai 17 ans.

Quand je lis, quand j’écris, quand je discute, quand je réfléchis, quand je travaille j’ai 37 ans, 47 ans… quand j’ai (trop) bu la veille aussi.

Quand je m’amuse, quand j’agace mes frères, mes amis, quand je suis avec mes parents – pour eux – j’ai 7 ans. Quand je danse, quand je cours, quand je suis malade, quand je vais chez le médecin j’ai encore 7 ans. Quand je dois répondre au téléphone, remplir un formulaire, aller à la banque j’ai toujours 7 ans.

J’ai 77 ans parfois… face au monde qui va mal : la pollution, les attentats, les accidents, les meurtres, les souffrances… 77 ans d’incompréhension, de colère, de larmes face à l’inertie de ce monde.

J’ai 7 ans face aux astronautes, aux génies, aux grands penseurs et face à tous ceux qui font évoluer nos sociétés vers plus de justice, plus de vérité, plus de sens pour chacun d’entre nous.

J’ai 17 ans face à l’inconnu. Un premier pas. Une première fois. 17 ans dans un regard. 17 ans devant une toile de Magritte. 17 ans face à l’océan déchaîné.

J’ai 17 ans quand je veille tard le soir (tôt le lendemain). J’ai 17 ans quand elle me regarde et que je ne sais plus quoi dire. J’ai 17 ans quand je rêve, quand je l’aime, quand elle m’aime ?

J’ai 17 ans… moins quelques années d’innocence.
J’ai 17 ans… plus quelques années d’expérience.

Urgence

Rédigé par monsieurtruc 2 commentaires
Classé dans : Non classé Mots clés : aucun

Écrire dans l'urgence. Écrire pour ne pas disparaître. Écrire pour laisser quelque chose. Une trace. Une idée. Un fragment de soi... quelque chose qui nous survit. Écrire. Écrire. Écrire encore. Écrire non pas comme une fin mais comme un moyen. Une façon de se voir. Un miroir de l'être et non du paraître. Écrire pour prendre du recul sur ses pensées. Des pensées fugaces ou envahissantes. Des pensées que l'on veut quitter ou des pensées dans lesquelles on souhaite se replonger. Écrire pour que les mots restent. Gravés quelque part dans cette nébuleuse numérique... pour combien de temps ? Écrire pour l'éternité ou au contraire écrire pour l'instant, ce moment infime de présent qui ne dure pas et qui a déjà disparu. Écrire pour soi. Écrire pour les autres. Écrire pour l'autre. L'autre. L'inconnu. L'étranger. La connaissance. L'ami. L'amour. Écrire pour exister, pour dire ce que l'on ne peut pas dire, pour divaguer, pour construire, pour analyser, pour divertir, pour s'échapper. S'échapper du quotidien, de la routine, du déjà-vécu. Écrire sans détour, sans filtre. Écrire vite. Écrire ce qui passe. Écrire avant qu'il ne soit trop tard. Écrire pour ne rien dire. Écrire pour dire tout. Pour dire trop. Écrire tant qu'on peut. Tant que l'énergie est là. Tant que les mots viennent. Écrire. Écrire. Écrire encore...

Fil RSS des articles