Allongé dans la baignoire, l'eau chaude presque brûlante ; chaque veine du corps est bien visible, comme dans un ouvrage anatomique. La chaleur de l'eau anesthésie le corps, on se sent déjà ailleurs. La lame du rasoir tenu entre deux doigts tranche sans effort la peau et ouvre les veines, coupe longitudinale d'un seul tenant. Un bras, puis l'autre.
L'eau du bain se colore... le nuage devient rouge. On se sent à peine partir. A chaque battement le cœur propulse un peu moins de sang. Bientôt il s'arrêtera, l'esprit est déjà loin. La vie s'évanouit sans effort.